Logo de l'association MO5.COM ARCHIVES !
Cliquez ici pour accéder au nouveau site !
Connexion / S'inscrire
 Association MO5.COM pour la préservation du patrimoine informatique et vidéo-ludique

 Musée des Machines : Ordinateur : Le Commodore Amiga 2000
 
Sur le nouveau site
 
Musées en ligne
 
Communauté
 
Pour nostalgiques
 
Ordinateur : Le Commodore Amiga 2000 - 21456 visites
Informations
Cote de rareté (153 votes / très fiable)
Assez simple à trouver (Normal)


Très rare
 0,65 %
Rare
 26,80 %
Normal
 69,28 %
Commun
 3,27 %
Très commun
 0,00 %

Donnez votre avis !
Voter
Cote de prix (46 votes / très fiable)
Prix conseillé : 63 Euros.


15 E63 E200 E
Donnez votre avis !
Votre prix (Euros) :Voter

Warning: getimagesize(http://mo5.com/archives/commun/images/ordinateurs/commodore/F_A2000-slots.jpg): failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.1 404 Not Found in /home/mo/www/archives/musee/machines/fiche.php on line 584
En 1985, la firme Commodore qui ne donnait de signe d'évolution depuis la sortie des derniers C64 (boitier blanc), racheta une toute nouvelle entreprise qui proposais une ordinateur révolutionnaire, l'Amiga 1000. En achetant la firme Amiga, Commodore redésigna l'Amiga 1000 en le miniaturisant et en l'accomodant d'un boitier plat intégrant le clavier, façon Atari 520 ST, l'Amiga 500. Suivirent de nombreuses évolutions de l'Amiga 500, tout d'abord l'Amiga 2000, designé pour les semi-professionnels, puis les séries 3000 puis 4000.

Tout comme son petit frère l'Amiga 500, l'Amiga 2000 est équipé d'un Motorola 68000, cadencé soit à 7,19 MHz (PAL), soit à 7,38MHz (NTSC).

Livré d'origine avec 1 Mo de RAM, l'Amiga 2000 se distingue énormément de l'Atari ST par l'utilisation de chips (processeurs) très particuliers et expressément conçus pour gérer le graphisme, les sons, les animations, le tout de très haute facture.

Ces processeurs spécialisés se dénomment Denise, Agnus et Paula, et s'occupent respectivement des graphismes, de la mémoire/animation et du son :

Graphismes/animation (Denise/Agnus)

Les résolutions graphiques sont extraordinaires à l'époque pour un ordinateur familial:
- 320x256 ou 320x512 pixels en 32 ou 64 couleurs (mode HalfBright) parmi 4096 pour la basse résolution.
- 640x256 ou 640x512 pixels en 16 couleurs parmi 4096 pour la haute résolution.
- 320x512 en 4096 couleurs simultanées (mode HAM, Hold And Modify), avec quelques contraintes tout de même.
- Des modes overscan plein écran jusqu'en 768x512 pixels (je ne citerai pas tous les modes graphiques disponibles tant ils sont nombreux, les adeptes me comprendront).

Denise gère également 8 sprites d'une taille maximale de 16 pixels par la hauteur de l'écran (généralement 256 pixels) et les scrollings verticaux et horizontaux.
Agnus est composé d'un blitter (coprocesseur pour le traitement des images bitmap comme les copies rapides de blocs et de manipulations) et d'un copper.
Le copper est un coprocesseur pouvant exécuter des tâches parallèles sur le bus vidéo, sans la moindre intervention du 68000. Il dispose de son propre microcode (3 instructions disponibles) appelé copperlist.


Audio (Paula)

Côté son, l'Amiga 500 émet 4 voix 8 bits sur 8 octaves en mode PCM, d'une très grande qualité pour l'époque. C'est grâce à Paula qu'apparaissent sur cette machine les tout premiers soundtrackers, utilisant des échantillons de véritables instruments pour les mixer entre eux: le résultat étant les fameux fichiers MOD (modules).

Quelques astuces ont permis à un amiga de base de pouvoir fournir une sortie audio sur 14 bits en combinant les 4 canaux simultanément.
Des musiques ont été composées sur 7 voix (TFMX, écoutez la célèbre musique d'intro de Turrican II et III) ou 8 voix (modules Oktalyzer par exemple). Bien évidement, cette astuce demande plus de ressources CPU.
Dommage que Commodore n'ait pas inclu le SID du C64 aux cotés de Paula, pour passer à 7 voix et varier la synthèse. La combinaison aurait été magnifique...


Mais là où l'Amiga se démarque encore de son concurrent direct l'Atari ST, c'est par l'utilisation d'un moteur de système d'exploitation multitâche directement importé d'Unix! C'était bien la toute première fois que ce système d'exploitation, jusqu'alors réservé aux puissantes stations professionnelles, était implanté dans une machine destinée au marché des ordinateurs familiaux. Ce système d'exploitation permet de faire tourner plusieurs tâches simultanément, dans les limites de la mémoire vive disponible.

Petit défaut de conception logicielle, le système d'exploitation AmigaDOS ne gère pas les catalogues de fichiers, que ce soit sur disquettes ou sur disque dur. Il s'ensuit de pénibles temps d'attente lors de la lecture du contenu d'une disquette, si celle-ci comporte beaucoup de fichiers ! Néanmoins l'AmigaDOS était suffisamment flexible pour que l'adjonction de "handlers" (drivers) permette de corriger ce problème.


En détail :

Plus particulièrement destiné au semi-professionnels et à ceux désireux d'étendre leur Amiga, Commodore lança en 1986 l'Amiga 2000. Utilisant un boitier de type desktop PC, l'Amiga 2000 intégre l'électronique d'un Amiga 500 étendu à 1 Mo de mémoire Chip (à 70 ns pour les derniers modèles !), avec des bus d'extension au format ZORRO II, acceptant des cartes 16 bits à l'instar des PCs de l'époque, et de deux connecteurs spéciaux destinés à améliorer l'actuel microprocesseur Motorola 68000 et le circuit vidéo (genlocks pour les incrustations video, et flicker fixer pour le branchement d'un moniteur VGA, et sans scintillement).

Avec ses multiples possibilités d'extension et la possibilité d'intégrer un disque dur dans le boitier, l'Amiga 2000 est une excellente machine plus poussée vers les applications professionnelles. Elle fut d'ailleurs souvent utilisée dans les studios vidéo où, associé à un genlock, l'Amiga 2000 réalisait des incrustations et de la synchronisation vidéo (la mosaïque du Câble et les images générées dans le jeu Motus sur France2!).


Cliquez pour agrandir !


Ci-contre une partie de la carte mère de l'Amiga 2000.
Le slot en haut à droite (slot CPU) est prévu pour installer des cartes accélératrices (68020 / 030 / 040 / 060 et PPC) et extentions mémoire.
Les 5 slots en dessous, coté droit sont les slots Zorro II (16 bits). Il existe des cartes graphiques, SCSI, son, modem, ... à ce format.
Les 4 slots en bas à gauche sont de type PC AT et XT, ils sont prévus pour utiliser des cartes PC ISA, quand un émulateur est installé dans un des 2 slots communs avec le Zorro II.


En conclusion, l'Amiga 2000 est une machine formidable, originale et bien pensée, aux multiples avantages techniques et artistiques. Les jeux produits pour cette machine en ont souvent démontré les qualités et sont techniquement bien supérieurs à leurs contemporains sur Atari ST et PC.

Des déclinaisons de l'Amiga 2000 sont apparus plus tard:
L'Amiga 1500 qui est un A2000 avec 2 lecteurs de disquettes 3.5", l'Amiga 2500 qui est un A2000 équipé d'une carte accélératrice.

Pour :
- Boitier de présentation plus professionnelle
- Clavier séparé
- Caractéristiques graphiques et sonores interressantes
- Innombrables possibilités d'extension
- Le système d'exploitation multitâche

Contre :
- Le format des disques spécifiques et leur gestion lente
- Une électronique un peu fragile (6250)


Sélection : Volume4D, Scult4D, Captive, Deluxe Paint, Scala Multimedia


Dernière mise à jour le 09-11-2006.
Rédacteurs :
Philippe Dubois
HarikenRed

Spécifications techniques      (Récupérer ces informations pour votre site personnel ?)
ConstructeurCommodore (Etats-Unis)
MicroprocesseurMotorola 68000 (16 bits) à 7.19 MHz
Mémoire vive (RAM)1 Mo "Chip RAM"
jusqu'à 8Mo de "Fast RAM" par carte d'extension
Mémoire morte (ROM)256 Ko (Kickstart 1.3) / 512 Ko (Kickstart 2.0)
Affichage texteRedéfinissable, jusqu'à 92x50 caractères
Capacités graphiques320x256 pixels ou 320x512 pixels en 32, 64 (EHB) ou 4096 (HAM) couleurs parmi 4096
640x256 pixels ou 640x512 pixels en 16 couleurs parmi 4096
768x576 pixels en 16 couleurs parmi 4096 en entrelacé Overscan
8 Sprites et scrollings câblés, blitter, copper
Capacités sonores4 voies PCM, 8 bits, 8 octaves en DMA (28kHz max.)
Filtre passe bas commutable par soft
ClavierClavier séparé AZERTY 96 touches avec pavé numérique et touches de fonctions
InterfacesVidéo péritel ou moniteur RVB
Vidéo composite monochrome
Audio stéréo (CINCH)
2 ports joysticks/souris format Atari
Lecteur de disquettes externe
Modem (RS232)
Parallèle bidirectionnel
5 slots internes Zorro II
4 slots passifs PC XT et AT pour émulateurs hard
Connecteur video interne genlock/flickerfixer
Slot interne bus CPU pour cartes acceleratrices
PériphériquesLecteurs de disquettes 3.5" DD (880ko) interne
Emplacement libre pour un lecteur 5.25" et 3.5" supplémentaire
Disque dur interne SCSI
Modem
Genlock
Extensions mémoires
Cartes accélératrices
Cartes video Zorro II
Emulateurs PC
LogicielsAmigaDOS et Workbench 1.2, 1.3 ou 2.0
Jeux, utilitaires professionnels (notamment les applications video)
Dimensions?
Poids?
Mise en vente 1986
Prix4990 F. (environ 1040 euros de maintenant : table de conversion INSEE 2001)





1 commentaires sur cette fiche
SujetAuteur
 
La mémoire un 2000 K1200 rs21
Le 16/10/2020 à 14:01:33.
 
 
Chercher dans les collectionsPoster un message