Logo de l'association MO5.COM ARCHIVES !
Cliquez ici pour accéder au nouveau site !
Connexion / S'inscrire
 Association MO5.COM pour la préservation du patrimoine informatique et vidéo-ludique

 Musée des Machines : Ordinateur : L' Osborne OCC-1
 
Sur le nouveau site
 
Musées en ligne
 
Communauté
 
Pour nostalgiques
 
Ordinateur : L' Osborne OCC-1 - 8522 visites
Cliquez pour agrandir !
Informations
Cote de rareté (21 votes / fiable)
Difficile à trouver (Rare)


Très rare
 33,33 %
Rare
 61,90 %
Normal
 4,76 %
Commun
 0,00 %
Très commun
 0,00 %

Donnez votre avis !
Voter
Cote de prix (7 votes / peu fiable)
Prix conseillé : 183 Euros.


70 E183 E370 E
Donnez votre avis !
Votre prix (Euros) :Voter

 

    Osborne Computer Corporation (OCC) est une compagnie qui fut fondée par Adam Osborne en 1980, lequel avait eu l'idée géniale de produire non pas des ordinateurs de bureau ordinaires comme ses quelques concurrents de l'époque mais de véritables portables, ce qui paraît anodin aujourd'hui mais qui passait pour une révolution en ce temps là. Pour cela Adam Osborne s'était offert les services de Lee Felsenstein pour développer son ordinateur et le résultat fut cette première mouture, l' OCC-1.

    L'Osborne 1 est avant tout à classer dans le domaine des appareils professionnels, et à vocation essentiellement bureautique. Ce n'est surtout pas une machine pour faire tourner des jeux, à l'image d'un Apple 2 qui peut jouer dans les 2 registres. En revanche c'est un ordinateur de robuste constitution, doté d'un riche package logiciel et aussi jouissant d'une très bonne documentation. Néanmoins il convient de relativiser le côté transportable largement mis en avant par le constructeur, l'appareil est certes logé dans un chassis solide, étanche à la poussière (une fois refermé) et muni d'un poignée de transport mais contrairement à la pub d'Osborne qui prétend qu'il peut facilement voyager en avion en le calant sous son siège ... il vaut mieux éviter l'expérience. Ne pas oublier que ce portable utilise un tube CRT fragile et deux lecteurs de disquettes tout aussi chatouilleux (on connaît les pb d'alignement sur ces modèles). Transportable alors ? Oui, mais avec moult précautions.

                      Ci-dessous : l'ordinateur à nu

Cliquez pour agrandir !

                      (notez que le lecteur A est celui de gauche)

    Une fois l'appareil installé et le clavier ouvert (69 touches + 12 touches pour le pavé numérique) on découvre le tout petit écran de 5 pouces, les deux lecteurs de disquettes et les interfaces : IEEE 488 (pour imprimante Centronics ou même un disque dur externe), prise modem, prise clavier et connecteur RS-232C. Le package comporte en outre un lot de logiciels dont le CP/M en guise d'OS, le CBASIC-2, le MBASIC, WordStar comme traitement de texte, MailMerge et SuperCalc comme tableur.

    Le coeur de l'appareil est un Z80A cadencé à 4 MHz et la mémoire totale est de 64 Ko dont 4 Ko de Rom. La mémoire vidéo de 4 Ko offre en réalité un affichage plus étendu que la résolution de l'écran avec au total 32 lignes de 128 caractères. L'écran est très petit, 5", mais si on ne s'en éloigne pas de plus de 40~50 cm il reste suffisamment lisible avec 24 lignes de 52 caractères en matrice 8 x 10. On comprendra facilement que pour voir le reste du texte il suffit de faire défiler celui-ci avec les 4 flèches directionnelles, en combinaison avec la touche 'Control'.

        Ci-dessous : l'écran de démarrage                                                Ci-dessous : l'écran d'accueil de SuperCalc

Cliquez pour agrandir !

Cliquez pour agrandir !



    Question stockage de masse l'Osborne 1 dispose de 2 lecteurs 5" 1/4 simple densité de 102 Ko (40 pistes, 10 secteurs de 256 octets). Les disquettes sont formatées comme suit : les pistes 0, 1 et 2 contiennent l'OS, c'est-à-dite le CP/M 2.2. Sur la piste 2, secteurs 3 à 6 on trouve le Bios. Sur la même piste, secteurs 7 et 8 est stocké le logo Osborne pour la 1ère page de démarrage. Le dernier secteur de la piste contient quelques infos système et procédures de self-test. Il reste donc en fait sur une disquette 92.5 Ko pour l'utilisateur. Il est bon de savoir également que toutes les disquettes accompagant l'appareil pour le package logiciel initial sont des disquettes système ! Toutes contiennent ainsi une copie du CP/M ce qui rend les logiciels immédiatement exécutables sans avoir besoin de charger un OS au préalable comme souvent avec les autres ordinateurs sans disque dur.

    Initialement proposé à environ 2000 $ le prix chuta à environ 1795 $ en 1981. Le succès fut tel que les ventes culminèrent à près de 10000 unités par mois, bien au-delà des objectifs initiaux ce qui amena à rencontrer des problèmes de ruptures de stock. Cependant la contre-offensive se mettait en place et la société du faire face à un grignotage de ses parts de marché, notamment par Kaypro qui proposait des machines similaires avec le CP/M et un beau package logiciel, mais aussi bénéficiant d'un écran plus confortable de 9 pouces. Il y avait aussi Apple avec une large bibliothèque de logiciels maison pouvant aussi tourner sous CP/M, et encore l'IBM PC plus rapide et disposant d'une bibliothèque logiciels s'accroissant de jour en jour, sans compter encore d'autres compatibles PC ...

En définitive l'histoire retiendra que c'est Adam Osborne lui-même qui parait avoir porté le coup de grâce à son entreprise en annonçant prématurément le lancement d'une nouvelle et dernière évolution, l'Osborne Vixen (ou OCC-4), un compatible MS/DOS ouvrant la voie aux logiciels conçus pour les ordinateurs IBM et Compaq. La nouvelle de l'annonce eu des conséquences catastrophiques, les revendeurs voyant instantanément chuter les ventes des OCC-1 et OCC-2 et se retrouvant rapidement avec sur les bras un important stock de machines devenues invendables. Cette histoire est même devenue un cas d'école de ce qu'il convient de ne surtout pas faire en matière de stratégie marketting. Même avec un prix ramené à 1295 $ en juillet 1983 puis à 995 $ en août la firme n'a pas réussi à redresser la barre et du se résoudre à se déclarer en faillite le 13 septembre 1983.

Osborne refit néanmoins surface brièvement au milieu des années 1980 pour commercialiser le Vixen, magnifique ordinateur au demeurant, mais le mythe était rompu et la machine n'a pas réussi à percer.

Nota : vous remarquerez que l'appareil présenté sur la photo ci-dessus possède le modem 300 bauds en module optionel et qui est inséré dans le logement prévu à cet effet sous le lecteur de gauche (raccordé à la carte-mère par le petit câble bleu)


Vue de l'appareil dans sa très belle sacoche de transport :

Cliquez pour agrandir !


En conclusion :

Points forts :
- Machine compacte et robuste
- Tout ce qu'on demande à un portable pour travailler
- Bon package de logiciels pros vendus avec l'appareil
- Documentation remarquable et didactique

Points négatifs :
- Poids considérable (13 Kg)
- Ecran très petit
- La société n'a pas été en mesure de poursuivre la production avec des machines sous MS/DOS



Dernière mise à jour le 20-06-2015.
Rédacteurs :
Philippe Dubois
Chipset

Spécifications techniques      (Récupérer ces informations pour votre site personnel ?)
ConstructeurOsborne (Etats-Unis)
MicroprocesseurZilog Z80A (8 bits) à 4 Mhz
Mémoire vive (RAM)64 Ko
Mémoire morte (ROM)4 Ko
Affichage texteEcran monochrome intégré de 5"
24 lignes de 52 caractères
Capacités graphiquesSeulement 32 caractères graphiques.
Capacités sonoresBuzzer intégré
ClavierAzerty accentué avec pavé numérique et touches de fonctions
InterfacesRS 232C
IEEE 488
Parallèle
Sortie vidéo
Batterie
Modem
PériphériquesDouble unité de disquettes 185 Ko intégrée
Unité de disque dur 5 Mo à 15 Mo (25 000 à 35 000 F)
Batteries
Modem
Screen-Pac (interface vidéo 52,80 ou 104 caractères)
Imprimante
LogicielsWordstar, Supercalc, Mail-Merge
CP/M 22
Dimensions530 x 350 x 210 mm
Poids13 Kg
Mise en venteAvril 1981
Prix21230 F. (environ 6328 euros de maintenant : table de conversion INSEE 2001)





 
Chercher dans les collectionsPoster un message