Logo de l'association MO5.COM ARCHIVES !
Cliquez ici pour accéder au nouveau site !
Connexion / S'inscrire
 Association MO5.COM pour la préservation du patrimoine informatique et vidéo-ludique

 Musée des Machines : Ordinateur : Le Canon BX-1
 
Sur le nouveau site
 
Musées en ligne
 
Communauté
 
Pour nostalgiques
 
Ordinateur : Le Canon BX-1 - 8081 visites
Cliquez pour agrandir !
Informations
Cote de rareté (18 votes / fiable)
Impossible à trouver (Très rare)


Très rare
 94,44 %
Rare
 0,00 %
Normal
 0,00 %
Commun
 0,00 %
Très commun
 5,56 %

Donnez votre avis !
Voter
Cote de prix (8 votes / peu fiable)
Prix conseillé : 130 Euros.


30 E130 E300 E
Donnez votre avis !
Votre prix (Euros) :Voter

 

Le Canon BX-1 peut vraiment être considéré comme un réel ordinosaure tout droit sorti de la préhistoire informatique. La commercialisation de cette machine impressionnante de par son gabarit et son poids considérable (19 Kg) remonte en effet à la fin des années 70.

La machine est certes lourde mais elle est aussi robuste et respire la fiabilité et le sérieux dans sa conception à tel point que 30 ans après leurs mises en service celles qui ont pu être testées fonctionnaient encore parfaitement, et idem pour l'imprimante ou le lecteur de disquette.

En gros l'appareil se compose sous le même capot, d'un ordinateur fonctionnant exclusivement sous Basic, d'une imprimante thermique, d'un lecteur 5" 1/4 et d'un affichage à led de 16 caractères alphanumériques (+ 3 led d'état). Il faut comprendre en effet que le BX-1 n'a pas été conçu pour être relié à un moniteur vidéo. Ainsi toutes les données issues du traitement ou autres messages de la machine sont soit envoyées sur l'afficheur à Led, soit imprimées. C'est assez déroutant au début de devoir composer des programmes restreints à un affichage de 16 caractères seulement, mais on parvient malgré ce handicap à faire des choses assez étonnantes et performantes avec cet ordinatreur. Du reste vu le prix faramineux d'une telle machine à l'époque il était essentiellement destiné à un usage professionnel et certaines entreprises avaient développé sur cet ordinateur des applications très abouties de comptabilité ou de gestion de stocks pour ne citer que quelques exemples...

Le basic est résidant en Rom et est disponible dès la mise sous-tension. Les circuits mémoire étant particulièrement couteux et volumineux à l'époque le BX-1 ne dispose donc que de 16Ko Ram pour l'utilisateur, et encore au maximum (2Ko en version standard). Le système utilise de son côté 24 Ko en Rom et 1 Ko en Ram.

Le petit tableau d'affichage au dessus du clavier est composé comme indiqué ci-dessus d'une matrice de 16 caractères alphanumériques (type Digitron) en matrice 5 x 7 avec une taille de 6mm de large sur 9mm de haut. A gauche de l'écran se situent 3 Led d'état : POWER - INPUT - PROG SELECT. La première est évidente. La seconde signale que le programme en service est stoppé en attente d'une saisie au clavier. Enfin la troisième est sur On quand on verrouille la touche "Prog Select" pour sélectionner un programme sur le clavier alphanumérique de l'ordinateur.

A ce propos on peut ouvrir une parenthèse quant aux noms affectés au programmes car ils sont plutôt inhabituels. En fait on ne pouvait donner que 1 seul caractère en guise de nom de fichier ! Toutefois on pouvait utiliser les minuscules, les majuscules et certains caractères spéciaux.
Cela peut paraitre assez maigre, mais c'était néanmoins plus que suffisant vu la faible capacité des disquettes :

-1er Cas) Les majuscules (A~Z) et les symboles!, #, @, etc.. En tout 45 caractères. Les programmes ainsi nommés sont lancés directement après verrouillage de la touche "Prog Select"
(en outre le programme nommé @ est immédiatement lancé depuis le lecteur à la mise sous tension de l'ordinateur, à l'image d'un autoexec.bat, si la touche "Prog Select" était préalablement enfoncée)
- 2ème Cas) Les minuscules (a~z) et les symboles [flèche haut] , [flèche bas] , etc... En tout 45 caractères. Ces programmes ne peuvent pas être lancés via la touche "Prog Select" mais sont réservés à un branchement depuis une instruction Basic CALL ou LINK.

L'afficheur 16 caractères informe aussi l'utilisateur d'éventuels disfonctionnements logiciels ou matériels via une série de codes d'erreurs (comme ERROR D-2) et selon une liste de codes classés en 10 rubriques (A à I) comprenant toutes un nombre variable de sous-codes.
Exemple :
- A-0 = Variables other than that defined by DIM statement are used
- D- = Operator is missing
- F-2 = Execution of RETURN statement without GOSUB
- H-0 = Mini-diskette is not properly set
- I-8 (c'est la dernière de la liste) = Usage of parentheses, which are included in the entered statement, is erroneous
etc ...

Cliquez pour agrandir !


En ce qui concerne le lecteur de disquette pour la sauvegarde des softs créés, il s'agit d'un drive 5" 1/4 utilisant un format propriétaire Canon très spécifique (incompatible MS/DOS) et d'une capacité de 71.7 Ko au total dont seulement 65.5 Ko réservé à l'utilisateur. Le taux de transfert est quant à lui de 125 Kbits/sec.

Dernier point, l'imprimante qui utilise la technologie à point thermique et des rouleaux forcément appropriés à cet effet, comme ceux utilisés aussi autrefois dans les premiers fax ou calculettes à imprimante. Le constructeur proposant des rouleaux pour 80 col/ligne (TP-216), 48 col/ligne (TP-140) ou 24 col/ligne (TP-77) et cela en plusieurs coloris. La vitesse d'impression est de 40 caractères/seconde. L'avantage du procédé c'est qu'il n'y a pas de cartouche d'encre à changer, mais l'inconvénient majeur c'est l'effacement progressif et irréversible de l'impression au fil des mois, surtout sous l'influence du soleil (UV). Cela obligeait donc à faire des photocopies des pages imprimées si on voulait les pouvoir les conserver assez longtemps ...

On peut noter aussi que la machine avait été conçue quand même avec quelques perspectives d'évolution ou d'ouverture sur l'extérieur. Sur le flanc gauche se trouve deux baies (horizontales) masquées par des volets basculants et libellées 1 et 2. On trouve 3 autres baies similaires sur l'arrière portant les n° 3-4-5. Ces baies sont destinées à recevoir des modules Canon pour apporter des fonctions supplémentaires au Basic ou des interfaces de communication.
Voir par exemple ci-dessous le module mathématique :


Cliquez pour agrandir !
Cliquez pour agrandir !


Disquette Spéciale Canon pour cet ordinateur.

Enfin en matière de documentation cet appareil était livré avec un jeu de manuels largement illustrés, très complets et didactiques comportant 4 volumes, à savoir :
- The Introduction to the BX-1
- Easy Programming, Part I
- Easy Programming, Part II
- Operation Manual and Explanation of Instructions

Cliquez pour agrandir !



Dernière mise à jour le 12-07-2016.
Rédacteurs :
Philippe Dubois
Chipset
TME

Spécifications techniques      (Récupérer ces informations pour votre site personnel ?)
ConstructeurCanon (Japon)
Microprocesseur?
Mémoire vive (RAM)16 Ko
Mémoire morte (ROM)24 Ko ( + 1 Ko en Ram )
Affichage texteUne ligne de 16 caractères alphanumériques (Digitron) en matrice 5x7 points
Capacités graphiquesSeulement sur l'imprimante ( courbes ou histogrammes )
Capacités sonoresHP intégré
ClavierClavier semi-mécanique qwerty avec pavé numérique
InterfacesLecteur de disquette 5"1/4, format propriétaire Canon, capacité 71.7 Ko, taux de transfert : 125 Kbyte/sec
Imprimante thermique 80 col intégrée
2 Port cartouche latéral pour modules spéciaux
3 Baies à l'arrière pour autres modules
PériphériquesLecteur disquette externe via la prise MFD
( double drive Modèle X-7300 )
Seconde imprimante externe via le Module Interface Série
( Modèle X-7500 )
LogicielsOS interne : Canon Extended Basic
Dimensions515 mm x 565 mm x 150 mm
Poids19 Kg
Mise en vente 1977
Prix?





 
Chercher dans les collectionsPoster un message