Logo de l'association MO5.COM ARCHIVES !
Cliquez ici pour accéder au nouveau site !
Connexion / S'inscrire
 Association MO5.COM pour la préservation du patrimoine informatique et vidéo-ludique

 Musée des Machines : Console : Le Standard Videopac
 
Sur le nouveau site
 
Musées en ligne
 
Communauté
 
Pour nostalgiques
 
Console : Le Standard Videopac - 12971 visites

Image : Ci-dessus le Schneider Videopac 7000, clône du Philips C52
Informations
Cote de rareté (35 votes / fiable)
Assez simple à trouver (Normal)


Très rare
 2,86 %
Rare
 5,71 %
Normal
 77,14 %
Commun
 8,57 %
Très commun
 5,71 %

Donnez votre avis !
Voter
Cote de prix (7 votes / peu fiable)
Prix conseillé : 8 Euros.


5 E8 E40 E
Donnez votre avis !
Votre prix (Euros) :Voter

Le Videopac est né aux États-Unis : il s'appelait à l'origine "Odyssey 2" et est une création de la société Magnavox. Philips, la maison-mère de Magnavox, l'importe en Europe à partir de décembre 1978. Le Videopac a été ainsi distribué en Amérique du Nord, en Europe, au Brésil et au Japon.

Chez nous, les machines au "standard" Videopac sont distribuées sous différentes marques filiales de Philips : Schneider, Radiola et bien-sûr Philips.

Le CPU est un 8048 (8 bits à 1 MHz), un microcontrôleur de la famille du 8080. La résolution est de 160x200 points mais il est possible d'afficher uniquement soit des caractères prédéfinis, soit quatre sprites. Plusieurs versions étaient disponibles avec écran noir et blanc intégré.

Les manettes étaient une véritable plaie sur ces consoles. Leur ergonomie est correcte mais elles sont fragiles : le bouton puis le joystick lui-même finissent souvent par cesser de fonctionner et de plus, elles ne sont pas remplaçables sur le modèle de console le plus répandu, le C52 Philips. Lorsqu'elles sont remplaçables (sur le G7200 par exemple), elles utilisent un connecteur que l'on retrouve sur les MO5 et TO7 Thomson et sont donc relativement faciles à trouver aujourd'hui.


Il est à noté que ce standard suivit une évolution graphique en 1984, appelé Vidéopac+, mais qui ne connut pas le même succès.

Parmi les jeux les plus intéressants, on peut citer la cartouche 38 "Gloutons et voraces" - un clone de Pac-Man qui fut interdit par Atari en Amérique du Nord mais distribué en Europe, le jeu d'échec C7010 et les trois jeux combinant jeu de plateau et jeu vidéo que sont "La conquête du monde", "La quête des anneaux" et "The Great Wall Street Fortune Hunt".

Fait intéressant, 24 des titres de la ludothèque ont été programmés par une seule personne, Ed Averett.


Pour :

  • Faible prix d'achat.
  • Sortie vidéo propre.
  • Quelques jeux intéressants et originaux.

Contre :

  • Faible capacités graphiques et sonores.
  • Clavier finalement peu utilisé dans la plupart des jeux.
  • Manettes un peu fragiles et non interchangeables sur les modèles de base.
  • Seulement une soixantaine de titres disponibles.
  • Beaucoup de jeux très simplistes dans les premiers titres.
  • Manettes fragiles et non remplaçables (C52).

Quelques liens :



Dernière mise à jour le 09-05-2013.
Rédacteurs :
Philippe Dubois
francois24

Spécifications techniques      (Récupérer ces informations pour votre site personnel ?)
ConstructeurStandard ()
MicroprocesseurIntel 8048 (8 bits) à 1 MHz (microcontrôleur)
Mémoire vive (RAM)64 octets plus 128 octets pour la vidéo.
Mémoire morte (ROM)Bios de 1 Kio. Cartouches de 1 à 4 Kio
Capacités graphiques160x200 pixels en 8 couleurs. Peut afficher uniquement des caractères prédéfinis en ROM plus 4 sprites utilisateur.
Capacités sonores1 voix mono.
ManettesJoystick numérique. Un bouton. Attachées ou avec une prise au format spécifique suivant les modèles.
InterfacesPort cartouche.
Joysticks suivant modèles.
Sortie antenne.
PériphériquesJeu d'échec C7010
JeuxCartouches de jeux
Dimensions?
Poids?
Mise en vente 1978
Prix1790 F. (environ 761 euros de maintenant : table de conversion INSEE 2001)


1 Article attaché
Exposition Villette Numerique 2002 - Part II



 
Chercher dans les collectionsPoster un message